Programme du séminaire 2011-2012

Attention: changements!

Le séminaire 2011-2012 est articulé autour de trois types de séances (accès libre):

1. Séminaire de lecture de textes sur la convergence numérique des médias (séminaire ouvert de la Chaire Convergences en lien avec le séminaire « Médias & Sociétés » de l’IEP et le groupe media.corpus). Il a lieu de 11h10 à 12h40 en salle 1 de l’IEP. Un étudiant du séminaire « Médias & Sociétés » présente l’ouvrage pour engager la discussion. Un extrait sera disponible une semaine à l’avance sur demande.

8 décembre 2011 – Dominique Cardon, La démocratie internet, Seuil, République des Idées, 2010.

19 janvier 2012 – Dan Gillmor, We the Media. Grassroots Journalism by the People for the People, O’Reilly, 2004.

16 février 2012 – Yann Moulier-Boutang, Le capitalisme cognitif. La nouvelle grande transformation, Amsterdam, 2007.

15 mars 2012 – Henry Jenkins , Convergence Culture: Where Old and New Media Collide, NYU Press, 2008.

5 avril 2012 – Mark Deuze, Media Work, Polity, 2007.

12 avril 2012 – Pekka Himanen, The Hacker Ethic, Random House, 2001.

 

2. Séminaire de travail du groupe media.corpus. Il a lieu de 14h à 16h le jeudi (sauf 17 février). Les membres du groupe apportent et discutent des papiers en cours d’écriture. Les textes sont communiqués par mail une semaine à l’avance.

19 janvier (Séance spéciale élections) – J.-M. Francony, « Archivage et Constitution de Corpus sur Twitter », F. Papa, « Primaire Socialiste et réseaux de soutiens sur Twitter » (séance repoussée au 3 février, 14h)

2 février – G. Bastin, « L’entretien comme jeu et comme culture. Le «cas Mathieu»: retour sur l’interaction entre sociologue et journaliste à l’occasion d’un entretien de recherche » (article soumis à la revue Sur le Journalisme).

3 février – (Séance spéciale élections) – J.-M. Francony, « Archivage et Constitution de Corpus sur Twitter », F. Papa, « Primaire Socialiste et réseaux de soutiens sur Twitter »

17 février – G. Bastin et C. Belot, « Framing the war before it happens. Terror frames in the preparation of the second Gulf War (2002-2003) » (révision du papier présenté à Göteborg et à soumettre à Language, Discourse and Society)

15 mars – Benoît Lafon, « Constitution de corpus télévisés et historicisation de l’analyse de la télévision »

29 mars – A. Faure, « Les routines professionnelles des journalistes chiliens : questions de méthode »

(en mai) F. Greffet, Présentation des aspects méthodologiques du projet « enpolitique.com »

(en juin) E. Gatien, « Le off dans les relations journalistes-militaires : questions de méthode »

 

3. deux autres séminaires sont prévus sur le second semestre : un séminaire sur le projet ANR Reanalyse (avec invités) et un autre sur les méthodes d’analyse lexicale des corpus médiatiques (avec Milan Bouchet-Valat). Plus d’informations à venir.

 

Le projet Reanalyse.Journalisme

L’ANR REANALYSE s’est donné pour objectif de participer à la réflexion sur les méthodes d’enquête qualitatives en testant les possibilités de recensement, d’archivage et d’analyse secondaire des enquêtes qualitatives menées dans quelques champs bien identifiés des sciences sociales. A terme, l’objectif de l’archivage et de la réanalyse des enquêtes qualitatives vise une plus grande cumulativité de la recherche (par exemple la possibilité de comparer facilement ses propres méthodes et ses résultats avec ceux des enquêtes menées dans le passé sur le même sujet, l’ouverture d’un espace pour une réflexion méthodologique propre aux objets du champ, etc.)

Dans le cadre de cette ANR (dont le laboratoire Pacte est partie prenante), le groupe media.corpus a lancé cette année un projet expérimental visant à recenser dans un premier temps l’ensemble des enquêtes menées en France sur le journalisme et ayant conduit à la passation systématique d’entretien. Nous souhaitons par ce biais mettre à la disposition de la communauté scientifique un répertoire des entretiens réalisés avec des journalistes en France. Nous souhaitons aussi comprendre comment et depuis quand ces enquêtes ont été menées, combien de journalistes elles ont permis de questionner, dans quels secteurs des médias, etc. Le projet vise donc à participer à un retour réflexif sur les méthodes de l’enquête sociologique sur le journalisme et à proposer une cartographie des secteurs des médias en fonction de leur exposition à ce type d’enquête.

A partir de ce travail de repérage, nous souhaitons aussi élaborer rapidement des protocoles d’analyse secondaire des entretiens biographiques dans le domaine du journalisme. Cette deuxième phase du projet suppose de mettre en place une archive partagée d’entretiens biographiques (ou d’extraits d’entretiens portant sur l’entrée dans le métier) avec des journalistes. A partir de cette archive, nous proposerons à tous les chercheurs qui le souhaitent de travailler collectivement en 2012-2013 sur l’évolution des modes d’entrée dans le métier de journaliste. Un ouvrage collectif sera édité à la fin du projet.

Les professionnels de l’information ont en effet été aux premières loges du processus de mutation des marchés du travail en France depuis une trentaine d’années : développement de « l’auto-emploi » (Supiot, 1999) et des formes « atypiques » d’emploi (Marchand et Thélot, 1991), insécurisation des parcours individuels (Castel, 2003), « risque biographique » croissant (Beck, 2001), etc. Or ces processus sont difficiles à décrire et ont une dimension narrative et subjective forte. La tradition d’analyse interactionniste, si elle permet de prendre en compte l’aspect narratif des trajectoires personnelles (Barley, 1989), ne permet que difficilement d’appréhender des mutations de long terme et garde une dimension très localisée. A contrario, la constitution de bases de données statistiques est dépendante, dans ce domaine des représentations des groupes professionnels et de leurs propres enjeux de définition (DDM & CRAP, 2001), comme du caractère limité des données disponibles dans le domaine public et privé (Pilmis, 2008).

Le projet REANALYSE peut offrir un cadre méthodologique permettant d’apporter des solutions à ces difficultés. En effet, un très grand nombre d’entretiens sont menés avec des journalistes par des spécialistes des sciences sociales chaque année. Il est rare, par ailleurs, que ces entretiens n’abordent pas, ne serait-ce que de façon liminaire, la question de l’entrée dans le métier (et ce quelque soit le sujet de la recherche menée). En collectant ces entretiens il paraît donc envisageable de constituer de nouveaux corpus permettant de résoudre les problèmes méthodologiques que poserait la réalisation d’une enquête ex-nihilo sur cette question (manque de profondeur historique, difficultés propres à l’enquête par cohortes, faiblesses des données existantes sur la profession journalistique, petit effectif, etc.).

Du point de vue du projet REANALYSE, il ne s’agit donc pas de retravailler avec une nouvelle problématique une enquête du passé mais de tenter de constituer, à partir de nombreuses enquêtes passées, un matériau original d’histoires de vie professionnelles susceptibles d’être analysé pour comprendre comment évoluent les récits de l’entrée dans ce métier. En somme, d’ouvrir la voie à une sociologie de la mise en récit de la vocation journalistique depuis les années 1980 en France.

Tous les chercheurs qui le souhaitent peuvent participer au projet en déposant dans une archive collective des entretiens ou des extraits d’entretiens réalisés avec des journalistes abordant la question de l’entrée dans le métier (la vocation, la formation, la trajectoire initiale…). Un séminaire ouvert à tous les chercheurs déposants sera organisé pendant l’année 2012-2013 pour proposer l’analyse secondaire de ces matériaux biographiques. L’objectif de ce séminaire sera de préparer la publication d’un ouvrage collectif sur les récits d’entrée dans le journalisme.

Si vous avez vous-même réalisé des entretiens avec des journalistes abordant la question de l’entrée dans le métier (comment on est devenu journaliste?, par quelles étapes?, pour quelles raisons?) vous pouvez participer au projet de deux manières:

  • En contribuant à l’archive commune qui servira de base au travail collectif sur l’entrée dans le métier de journaliste et que nous mettrons à disposition de tous les chercheurs intéressés selon des protocoles précis définis dans le cadre du projet BEQuali (notamment pour ce qui est de l’anonymisation des extraits d’entretiens, de leur contextualisation avec des renseignements concernant l’enquête source et des règles de communication).
  • En participant au séminaire qui sera organisé en 2012-2013 pour mener des analyses secondaires sur cette archive d’entretiens. Tous les chercheurs qui le souhaiteront pourront participer à ce séminaire et tester sur l’archive des questions de recherche.

Merci de nous signaler votre intérêt à l’adresse mail du projet: contact-reanalyse-journalisme@iepg.fr. Nous reprendrons rapidement contact avec vous pour définir les modalités de cette participation.

Le projet Reanalyse.Journalisme est coordonné par Gilles Bastin (responsable scientifique de la Tâche 8 de l’ANR), Emmanuelle Gatien (chercheur post-doctoral à Pacte, est en charge de  la constitution de la base de données d’enquêtes, de la bibliographie et de la mise en place du protocole d’analyse secondaire pendant l’année 2011-2012) et Annie-Claude Salomon.

 

Le projet #primaires: archivage et analyse d’une campagne électorale sur twitter

Le dispositif d’archivage des publications concernant les primaires socialistes sur Twitter ainsi que différents outils d’exploration ont été développés par Jean-Marc Francony afin d’étendre la constitution de corpus médiatiques et d’exploiter les spécificités des médias sociaux notamment leurs articulations avec le Web. Plusieurs corpus pré-expérimentaux ont ainsi été réalisés (« primaires socialistes » ou « nanotechnologies » par exemple). La dimension technologique de la constitution d’archives ainsi que les problématiques de fouille et de traitement de corpus volumineux font l’objet de collaborations académiques (dépôt d’une ANR ContInt « MoB » : modélisation du Buzz) avec des laboratoires spécialisés dans le traitement de la langue et de l’information multimédia (LIA Université d’Avignon. LIDILEM université Stendhal, LIG université Joseph Fourrier) ainsi que de collaborations industrielles (société WiKio, Predictys, Hurence, Aroban).

Plus généralement, l’expérience acquise dans la capture et l’analyse de données relatives aux comportements et pratiques médiatiques des internautes constitue une passerelle vers des projets expérimentaux portant sur des modalités innovantes d’accès à l’information. C’est par exemple le cas dans le projet Equipex Nexus (INNOVACS) auquel nous sommes associés.

Une présentation du corpus #primaires sera faite dans le cadre du séminaire media.corpus le 3 février 2012.

Le projet #primaires est porté par Jean-Marc Francony et Françoise Papa.

Le projet Linked[in]Journalism

L’objectif de cette enquête est de décrire les carrières professionnelles des membres du réseau social Linked’In qui se définissent dans leur profil comme journaliste ou comme ayant exercé cette activité en France dans le passé. En collectant un grand nombre de profils sur le réseau Linked’In, puis en les analysant statistiquement, nous espérons pouvoir décrire le métier de journaliste non pas à partir de la possession de la carte de journaliste professionnel mais à partir de la façon dont les individus eux-mêmes utilisent le terme.

La généralisation des techniques numériques de production, de diffusion et de consommation de l’information est à l’origine, au tournant des années 2000, d’un processus inédit dans son ampleur de mutation des mondes de l’information dans lesquels évoluent les journalistes. Pour des raisons qui touchent au statut particulier des journalistes dans nos sociétés, cette mutation est essentiellement visible en matière de régulation des pratiques des acteurs. Dans ce domaine, l’émergence de la « culture de la convergence » (Jenkins, 2006), celle des « consommateurs-producteurs » (Toffler, 1980 ; Gillmor, 2004), comme le recours grandissant aux contenus générés par les utilisateurs dans les entreprises médiatiques, ont participé à la modification de la division du travail journalistique et des « juridictions professionnelles » de ceux qui l’accomplissent (Abbott, 1988). La régulation professionnelle (donc collective) des pratiques journalistiques ayant toujours été faible en France (Ruellan, 1993), c’est le plus souvent chaque individu qui doit maintenir, dans ce domaine, une subtile activité de « codage » de son propre travail pour l’inscrire dans des arènes discursives lui permettant de revendiquer une identité professionnelle en luttant contre d’autres conceptions de la division du travail de l’information (Bastin, 2009).

Dans un contexte dans lequel le travail free-lance et l’entrepreneuriat individuel se développent rapidement en France (cf. les données de la CCIJP) comme à l’étranger (Deuze, 2007 ; Ornebring, 2009), les journalistes se trouvent cependant souvent de plus en plus contraints de manifester leur professionnalisme aussi dans les choix de trajectoires qui sont les leurs et qui sont autant d’occasions de (re)définir le journalisme lui-même en le « liant » à d’autres activités. Il est donc important de se donner les moyens de comprendre la construction de cette identité de trajectoire à partir de matériaux décrivant les parcours des acteurs sans les restreindre à un unique « collectif » dont on présupposerait qu’il régule l’ensemble des parcours individuels : la profession limitée par la carte.

Le dispositif de l’enquête est complété par la création d’un groupe sur le réseau Linked’In ouvert à tous les journalistes désireux de rester informés des résultats et souhaitant participer à l’enquête. Si vous vous définissez effectivement comme journaliste, ou si vous l’avez fait à un moment de votre carrière, devenir membre de ce groupe vous permet de contribuer à la réussite de cette enquête en nous autorisant à intégrer les données de votre profil public à notre base de données (celle-ci ne sera jamais utilisée nominativement ni à des fins autres que celles de cette enquête).

 

Documentation:

Le projet présenté à la Commission Scientifique de l’IEP de Grenoble

La communication présentée au colloque du GIS Journalisme (18 mars 2011)

 

Cette enquête est dirigée par Gilles Bastin (Institut d’Etudes Politiques, Université de Grenoble) ; les données sont collectées par Gwendal Perrin, étudiant du Master de Journalisme de l’IEP. L’encadrement juridique de l’enquête est assuré par Anne-Marie Benoît (CNRS). L’enquête est financée par la Commission Scientifique de Sciences Po Grenoble et le laboratoire Pacte (CNRS). Elle est anonyme et aucun usage ne sera fait des données collectées autre que dans un but de recherche. Vous pouvez obtenir plus de renseignements en contactant directement le responsable scientifique de l’enquête par mail (gilles.bastin@iep-grenoble.fr). Si vous vous opposez à ce que nous collections les données de votre profil Linked’In, vous pouvez nous le signaler en écrivant un mail à l’adresse mentionnée plus haut.

Le projet R.TeMiS (Text Mining Solution pour R)

Le projet R.TeMiS vise à proposer des solutions d’analyse statistique des corpus médiatiques fondées sur le logiciel R. Ce projet est mené en 2011-2012 par Gilles Bastin et Milan Bouchet-Valat (LSQ, CREST-INSEE). Une présentation d’étape aura lieu lors d’une journée de l’école thématique du CNRS Quanti-Lille en juillet 2012.