Le projet Linked[in]Journalism

L’objectif de cette enquête est de décrire les carrières professionnelles des membres du réseau social Linked’In qui se définissent dans leur profil comme journaliste ou comme ayant exercé cette activité en France dans le passé. En collectant un grand nombre de profils sur le réseau Linked’In, puis en les analysant statistiquement, nous espérons pouvoir décrire le métier de journaliste non pas à partir de la possession de la carte de journaliste professionnel mais à partir de la façon dont les individus eux-mêmes utilisent le terme.

La généralisation des techniques numériques de production, de diffusion et de consommation de l’information est à l’origine, au tournant des années 2000, d’un processus inédit dans son ampleur de mutation des mondes de l’information dans lesquels évoluent les journalistes. Pour des raisons qui touchent au statut particulier des journalistes dans nos sociétés, cette mutation est essentiellement visible en matière de régulation des pratiques des acteurs. Dans ce domaine, l’émergence de la « culture de la convergence » (Jenkins, 2006), celle des « consommateurs-producteurs » (Toffler, 1980 ; Gillmor, 2004), comme le recours grandissant aux contenus générés par les utilisateurs dans les entreprises médiatiques, ont participé à la modification de la division du travail journalistique et des « juridictions professionnelles » de ceux qui l’accomplissent (Abbott, 1988). La régulation professionnelle (donc collective) des pratiques journalistiques ayant toujours été faible en France (Ruellan, 1993), c’est le plus souvent chaque individu qui doit maintenir, dans ce domaine, une subtile activité de « codage » de son propre travail pour l’inscrire dans des arènes discursives lui permettant de revendiquer une identité professionnelle en luttant contre d’autres conceptions de la division du travail de l’information (Bastin, 2009).

Dans un contexte dans lequel le travail free-lance et l’entrepreneuriat individuel se développent rapidement en France (cf. les données de la CCIJP) comme à l’étranger (Deuze, 2007 ; Ornebring, 2009), les journalistes se trouvent cependant souvent de plus en plus contraints de manifester leur professionnalisme aussi dans les choix de trajectoires qui sont les leurs et qui sont autant d’occasions de (re)définir le journalisme lui-même en le « liant » à d’autres activités. Il est donc important de se donner les moyens de comprendre la construction de cette identité de trajectoire à partir de matériaux décrivant les parcours des acteurs sans les restreindre à un unique « collectif » dont on présupposerait qu’il régule l’ensemble des parcours individuels : la profession limitée par la carte.

Le dispositif de l’enquête est complété par la création d’un groupe sur le réseau Linked’In ouvert à tous les journalistes désireux de rester informés des résultats et souhaitant participer à l’enquête. Si vous vous définissez effectivement comme journaliste, ou si vous l’avez fait à un moment de votre carrière, devenir membre de ce groupe vous permet de contribuer à la réussite de cette enquête en nous autorisant à intégrer les données de votre profil public à notre base de données (celle-ci ne sera jamais utilisée nominativement ni à des fins autres que celles de cette enquête).

 

Documentation:

Le projet présenté à la Commission Scientifique de l’IEP de Grenoble

La communication présentée au colloque du GIS Journalisme (18 mars 2011)

 

Cette enquête est dirigée par Gilles Bastin (Institut d’Etudes Politiques, Université de Grenoble) ; les données sont collectées par Gwendal Perrin, étudiant du Master de Journalisme de l’IEP. L’encadrement juridique de l’enquête est assuré par Anne-Marie Benoît (CNRS). L’enquête est financée par la Commission Scientifique de Sciences Po Grenoble et le laboratoire Pacte (CNRS). Elle est anonyme et aucun usage ne sera fait des données collectées autre que dans un but de recherche. Vous pouvez obtenir plus de renseignements en contactant directement le responsable scientifique de l’enquête par mail (gilles.bastin@iep-grenoble.fr). Si vous vous opposez à ce que nous collections les données de votre profil Linked’In, vous pouvez nous le signaler en écrivant un mail à l’adresse mentionnée plus haut.